Koen Augustijnen
& Rosalba Torres Guerrero

Siamese cie

Lamenta

Sous le signe de la rencontre avec un pays, la Grèce, Koen Augustijnen et Rosalba Torres Guerrero ont créé Lamenta. Une pièce inspirée par des chants rituels de l’Epire. La musique conduit ainsi gestes, énergies et émotions à travers le temps et interroge nos façons de vivre ensemble.
Toutes les cultures ont recours aux rites. On y trouve en particulier ceux qui se consacrent au deuil. Ils sont souvent portés par le chant, la musique et la danse. Une manière d’exprimer ensemble les émotions liées au sentiment de la perte. Temps de communion qui ouvre aussi un passage pour s’en libérer. Aujourd’hui, les rituels ont tendance à disparaître, mais certains persistent, comme dans l’Épire, au nord de la Grèce. Ayant effectué de nombreux voyages dans ce pays, Koen Augustijnen et Rosalba Torres Guerrero se sont intéressés à ces façons d’être ensemble. Ils ont été particulièrement inspirés par les Miroloï. Ces lamentations, effectuées lors des funérailles mais aussi lorsque l’on quitte sa famille pour se marier ou émigrer, font partie du processus de guérison et sont chantés pour accepter la perte et libérer les sentiments de chagrin. Pour cette nouvelle création, les deux chorégraphes ont réuni un groupe d’interprètes grecs aux styles de danse variés pour inventer ensemble, dans un contexte différent, un rituel d’aujourd’hui. A partir d’une écriture contemporaine en dialogue avec la tradition, Lamenta trace son chemin entre musiques et danses, renouant avec la préoccupation première des deux artistes : les états émotionnels à travers le corps et la performance physique.