Hamid Ben Mahi

Cie Hors Série

Yellel

Il a fait des questions d’identité l’un des thèmes majeurs de ses spectacles. Dans Yellel, le nom du village de son père en Algérie, Hamid Ben Mahi chorégraphie un voyage poétique. Une façon de témoigner, à travers la danse, des horizons multiples que les cultures métissées ouvrent à notre temps.   
«  C’est bizarre d’être issu à la fois de deux endroits et de se sentir étranger dans les deux. Comme beaucoup, malgré les années, c’est toujours quelque chose qui me tiraille.  » Figure singulière du hip-hop français, Hamid Ben Mahi a fêté en 2020 les vingt ans de sa compagnie Hors Série. Nombre de ses spectacles sont portés par cette quête identitaire. Tourné vers la beauté du monde arabe, sa musique, sa culture, Yellel s’en fait une nouvelle fois l’écho. C’est en s’appuyant sur un livre d’Amin Maalouf, Les identités meurtrières, que l’artiste bordelais a chorégraphié cette pièce qu’il interprète avec cinq danseurs d’origines et de pratiques du mouvement différentes. Son intention  : réunir une communauté pour faire ensemble le chemin de Yellel. Une traversée en deux temps où les corps résistent avant le lâcher prise, l’ivresse de la danse, la transe, la fête. Pour le chorégraphe, il s’agit de mettre en valeur cette richesse multiculturelle d’aujourd’hui. Une histoire commune portée par les corps, leurs gestes, les musiques et les mots. Une histoire qui se détache des conflits en mêlant danses orientales et urbaines, musiques traditionnelles et contemporaines aux rythmes percussifs, aux tonalités sensibles.