Joke Laureyns & Kwint Manshoven

©Joeri Thiry

Kwint Manshoven

Les actions quotidiennes et le jeu sont à la base du langage chorégraphique de Joke Laureyns et Kwint Manshoven qui mêlent régulièrement des danseurs professionnels et des enfants sur scène. Mais leur travail ne se limite pas à un groupe d’âge défini. Ce qui reste primordial pour eux, c’ est : « un corps et ce qu’il peut exprimer ».
 Après rauw / raw (2013) ils ont créé Horses (2016) suivi en 2018 de Invisible. Au sein de leur compagnie Kabinet K, ils ont réalisés depuis 2002 une quinzaine de spectacles. Chez ces deux artistes, le contenu prime sur l'esthétique et le langage de la danse se développe autour d'une idée centrale qui traverse les différents éléments de la pièce : le mouvement, la scénographie, voire même le casting et le rythme du spectacle. C’est aussi une façon pour eux de rester en lien et d’échanger avec le jeune public en soulevant toutes sorte de questions ou en relevant différents défis. Une réflexion sur les frontières labiles entre le mouvement quoditien et la danse, entre la nécessité intérieure, intime du geste et son besoin d’extériorité en scène.