Ateliers de pratiques artistiques

En lien avec le spectacle 10:10 de Caroline Cornélis / Cie Nyash
Avec Akiko Hasegawa, danseuse
À destination de groupes constitués de l’ARSEA de la Ganzau – Strasbourg
Depuis plusieurs années, les établissements du CAAHM (Centre d’Accueil pour Adultes Handicapés) et de la MAS (Maison d’Accueil Spécialisée) de l’ARSEA (Association Régionale Spécialisée d’action sociale d’Éducation et d’Animation) de la Ganzau favorisent l’accessibilité de leurs publics à l’expression artistique en assistant à des représentations à POLE-SUD.  
Profitant de la proximité géographique de nos deux structures, nous mettons en place un parcours combinant la découverte d’un univers chorégraphique, la pratique de la danse et la rencontre avec des artistes. L’objectif de ce partenariat est de valoriser, de partager et d’apporter une dimension sensible et esthétique au projet et qu’ensemble, avec tous les partenaires concernés, nous puissions construire et développer un dispositif d’accompagnement adapté. L’art chorégraphique comme mode d’expression permet, à la personne en situation de handicap mental, de s’exprimer, d’exister avec ses singularités et ainsi valoriser l’expression de soi. C’est sous la forme d’ateliers de pratiques artistiques menés par la danseuse Akiko Hasegawa que le dispositif d’intervention évolue. En cherchant à développer, à partir de consignes simples, écoute, imaginaire et intuition, chacun apprend à être plus attentif à l’autre. Un processus qui donne la possibilité à chacun de s’épanouir, de découvrir l’aspect sensible. Une expérience qui éveille l’imaginaire. 

En partenariat avec l’ARSEA de la Ganzau – CAAHM / MAS

 

Avec Pierre Boileau, performeur
À destination d’un groupe d’enfants en situation de handicap auditif scolarisés au Centre Auguste Jacoutôt
Les ateliers de pratique artistique avec Pierre Boileau s’inscrivent comme prolongement à une activité musicale dans laquelle les enfants ont à expérimenter la notion de perception du rythme basée avant tout sur la percussion. Ils abordent les paramètres du son : hauteur, intensité, durée, timbre…  
Le travail de « l’écoute » de l’autre dans cette première partie de projet, va permettre à Pierre Boileau de développer une forme de communication non verbale de manière à créer des états de corps en dehors d’un langage oral ou signé. 
L’idée pour l’artiste est de proposer une pratique ludique de la prise de conscience de son corps et du plaisir de se mettre en mouvement tous ensembles. « Imprimer » l’espace qui nous entoure en se déplaçant à l’intérieur de soi. Le travail est axé sur trois notions : le point, la ligne et l’espace.  
En partant de son propre corps (ses membres, ses articulations, sa respiration, son pouls), comment les mouvements peuvent-ils raisonner dans l’espace ? De quelle manière peut-on jouer avec les différentes dynamiques, rythmes et intensités du mouvement ? 
Lors de ces ateliers, Pierre Boileau s’appuiera sur des gestes de la vie quotidienne (marcher, s’asseoir, traverser la rue, se laver, etc…) mais sur des objets divers (plumes, bouteilles, tissus, feuilles de papier, etc…), faisant de ces matériaux un prétexte à des improvisations dansées. Ces formes instantanées évolueront sous forme de séquences dansées (solo, duo, trio, etc). 
Les objectifs de ces ateliers pour les élèves du Centre Auguste Jacoutôt sont d’une part de rencontrer un artiste professionnel et de découvrir son univers. D’autre part, il s’agira pour chacun de prendre conscience de son corps et de ses possibilités dans l’espace et dans le groupe.  

En partenariat avec le Centre Jacoutôt – site Glaubitz au Neuhof