Amala Dianor_Quelque part au milieu de l'infini

©DR

Amala Dianor_Quelque part au milieu de l'infini

©DR

Amala Dianor_Quelque part au milieu de l'infini

©DR

Amala Dianor_Quelque part au milieu de l'infini

©DR

Amala Dianor_Quelque part au milieu de l'infini

©DR

Amala Dianor_Quelque part au milieu de l'infini

©DR

Amala Dianor_Quelque part au milieu de l'infini

©DR

Amala Dianor_Quelque part au milieu de l'infini

©DR

Amala Dianor_Quelque part au milieu de l'infini

©DR

Amala Dianor_Quelque part au milieu de l'infini

©DR

Amala Dianor_Quelque part au milieu de l'infini

©DR

Amala Dianor

Quelque part au milieu de l'infini

France / Trio / Création 2016
Coproduction POLE-SUD
Avec le soutien du groupe Caisse des Dépôts

Et si on prenait le temps d’apprendre à se connaître ? Tel pourrait être l’objectif d’Amala Dianor dans cette nouvelle création, un trio au masculin, qui s’intéresse à la rencontre. Cette libre et rigoureuse partition gestuelle et musicale, entrelaçant hip-hop, danses africaine et contemporaine nous entraîne dans un espace ouvert, Quelque part au milieu de l’infini.

Que signifie vraiment le mot « rencontre » ? Volontaire ou fortuit, fâcheux, agréable, voire même providentiel, l’agencement ainsi créé produit de l’imprévu, de l’insolite. Si la rencontre est souhaitée, préméditée, elle peut aussi se faire brève ou devenir durable. Fructueuse, conflictuelle ou complice, elle tisse des liens, et peut-être en rompt d’autres.

Les infinies modalités de la rencontre ont accompagné la réflexion, les échanges autour de cette création. Immensité d’un espace libre, ce Quelque part au milieu de l’infini imaginé par Amala Dialor se déploie sur scène, lieu de l’épanouissement d’un langage chorégraphique singulier. Dans cette pièce, trois origines et cultures différentes se côtoient, elles traversent le Sénégal, l’Algérie et le Burkina Faso. Le mouvement fluide et dense de l’écriture s’élance dans l’abstraction et la qualité des gestes résiste à la fatalité des discours ambiants. Une partition rigoureuse et tonique qui incite à renouer avec le dialogue des corps et l’écoute. 

Avec : Souleyman Ladji Koné, Mustapha Saïdo Lehlouh, Amala Dianor
Assistante Rindra Rasoaveloson
Musique : Awir Leon
 
Production : Cie Amala Dianor
Coproduction : POLE-SUD, CDC Strasbourg
Avec le soutien du groupe Caisse des Dépôts
Amala Dianor est Artiste Associé à POLE-SUD, CDC Strasbourg.