Radhouane El Meddeb_A mon père une dernière danse et un premier baiser

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb_A mon père une dernière danse et un premier baiser

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb_A mon père une dernière danse et un premier baiser

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb_A mon père une dernière danse et un premier baiser

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb_A mon père une dernière danse et un premier baiser

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb_A mon père une dernière danse et un premier baiser

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb_A mon père une dernière danse et un premier baiser

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb_A mon père une dernière danse et un premier baiser

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb_A mon père une dernière danse et un premier baiser

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb_A mon père une dernière danse et un premier baiser

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb_A mon père une dernière danse et un premier baiser

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb
Cie de Soi

A mon père, une dernière danse et un premier baiser

France / Solo / création 2016
Coproduction POLE-SUD
Présenté avec le Maillon
Le mystérieux et vibrant solo de Radhouane El Meddeb fait place aux traces, à l’écoute. A travers une danse recueillie à fleur de notes sur les Variations Goldberg, le chorégraphe semble s’évader du temps présent pour sceller dans les gestes, les mots tus et les évènements qu’il aurait tant voulu partager avec son père disparu.
Immensité blanche, désert de plâtre où repose dans sa gangue figée, un mouton démantelé, comme à l’abandon, sculpté jusqu’à l’abstraction. A ses côtés, de dos, Radhouane El Meddeb, simple présence qui fait entendre le silence, l’espace vide, ouvert comme un infini.
Pour la première fois, le chorégraphe s’est adjoint la collaboration d’un jeune céramiste, Malek Gnaoui, aux œuvres déjà marquantes qui portent sur les liens entre aliénation contemporaine et systèmes de valeurs ancestraux. A travers sa relecture de la céramique, il interroge aussi la figure du mouton telle que la religion et les croyances populaires la véhiculent. Des questions communes qui rapprochent les deux artistes. Parce que le théâtre ne lui suffisait plus, Radhouane El Meddeb a créé son premier solo en 2005. Une révélation pour l’artiste tunisien. Depuis, danse et chorégraphie sont au cœur de sa démarche, offrant une nouvelle terre artistique à explorer avec son propre langage, son écriture singulière. 
Formé à l'Institut Supérieur d'Art Dramatique de Tunis, il a été consacré « jeune espoir du théâtre tunisien » en 1996 par la section Tunisie de l'Institut International de Théâtre.
Il est recruté ensuite comme comédien dans le cadre de l'atelier de formation et de recherche du Théâtre National de Toulouse sous la direction de Jacques Rosner.
En Tunisie, il a travaillé avec les pionniers du théâtre tunisien et du monde arabe : Fadhel Jaîbi, Taoufik Jebali et Mohamed Driss.
En France, il travaille avec les metteurs en scène Jacques Rosner, Lotfi Achour et Catherine Boskowitz. Il collabore artistiquement avec des auteurs contemporains tels que Natacha De Pontcharra et Adel Hakim.
Au cinéma, il joue dans deux films de Férid Boughédir « Un été à la Goulette » et « Halfaouine, l'enfant des terrasses ».
En danse, outre sa participation à plusieurs stages notamment avec Jean-Laurent Sasportès et Lisa Nelson, il a collaboré à la conception, dramaturgie et lumières de plusieurs créations chorégraphiques.
Il se met en scène en 2005 dans « Pour en finir avec MOI », puis il crée pour Montpellier Danse 2006 un solo pour un interprète « Hûwà, Ce lui ».
En 2007, il intègre la distribution de « 1000 Départs de Muscles », création d'Héla Fattoumi et Eric Lamoureux.
En 2008, il crée « Quelqu'un va danser… » pour les Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis. Cette même année, invité par le chorégraphe burkinabé Salia Sanou lors de la carte blanche au CND « Sonorités et corps d'Afrique », il conçoit la performance culinaire et dansée « Je danse et vous en donne à bouffer ».
En 2008 et 2009, Radhouane El Meddeb intervient dans le cadre des dispositifs « Corps produit, corps productif » organisé par les Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis et « Mon corps mon lieu » notamment soutenu par la fondation Culture et Diversité. Ce dispositif consiste en des ateliers de sensibilisation à la danse contemporaine, de transmission d'écriture chorégraphique auprès d'un large public, qui comprend des jeunes issus de Zones d'Education Prioritaire, des femmes adhérentes aux associations de quartiers, ou encore des personnes âgées.
En 2010, il crée au Centre National de la Danse à Pantin, sa première pièce de groupe «Ce que nous sommes ».
Conception, chorégraphie, interprétation : Radhouane El Meddeb
Collaborateur artistique : Moustapha Ziane
Création sonore : Olivier Renouf, d’après les Variations Goldberg de Johann Sebastian Bach
Plasticien : Malek Gnaoui
Scénographie : Annie Tolleter
Lumières : Xavier Lazarini
Costumes : Cidalia Da Costa
Régisseur Général : Bruno Moinard
Régisseur son : Jonathan Reig
 
Administration-Production : Bruno Viguier
Diffusion-Production : Michel Chialvo
Production : La Compagnie de SOI
Coproduction : Festival Montpellier Danse 2016, La Briqueterie CDC du Val de Marne, Vitry-sur-Seine, POLE-SUD, CDC, Strasbourg
Avec le soutien du CNC à Pantin, un centre d’art pour la danse, accueil en résidence
Radhouane El Meddeb est artiste associé au CENTQUATRE-Paris
La Compagnie de SOI est subventionnée par la Direction Régionale Affaires Culturelles Île-de-France - Ministère de la Culture et de la Communication au titre de l’Aide aux compagnies chorégraphiques.