Maguy Marin, David Mambouch, Benjamin Lebreton_Singspiele

©Benjamin Lebreton

Maguy Marin, David Mambouch, Benjamin Lebreton_Singspiele

©Stéphane Rouaud

Maguy Marin, David Mambouch, Benjamin Lebreton_Singspiele

©Benjamin Lebreton

Maguy Marin, David Mambouch, Benjamin Lebreton_Singspiele

©Stéphane Rouaud

Maguy Marin, David Mambouch, Benjamin Lebreton_Singspiele

©Stéphane Rouaud

Maguy Marin, David Mambouch & Benjamin Lebreton

Singspiele

France / Solo / création 2014

Présenté avec le Maillon

Les Singspiele, formes légères et populaires – autrefois créées en réaction aux spectacles de cour – sont aujourd’hui revisités, non sans une pointe d’ironie, par trois artistes. Chorégraphe, comédien et scénographe lui donnent un style nouveau, sobre et concis. Brouillant les repères entre portrait et mouvement, masculin et féminin, ce solo intrigant se déploie à la façon d’un troublant rituel. 
Quels mystères se cachent derrière les sensations qui surgissent au contact d’autrui ? Et comment accorder attention aux visages, anonymes ou reconnaissables, qui captent notre regard ? Quel est ce lieu, pour l’acteur, le comédien, le danseur, « d’avant ou d’après la parole » ? C’est à un corps seul au plateau, celui de David Mambouch, qu’il incombe de traverser cette pluie de questions. Comme les images de nos mémoires, singulières et collectives, comme une intrigue, un chant, une ritournelle.
L’interprète est sans visage et pourtant il semble les porter tous. Un étrange effet d'effacement vient troubler, désorienter, la mécanique précise de ses postures, de son mouvement ainsi que notre regard. Justesse et précision du rythme accompagnent ses gestes tandis que différentes figures glissent sur ses épaules comme la fugue. Conçue par Maguy Marin, cette pièce renoue avec certains motifs déjà présents dans Umwelt ou Nocturnes, alors que, concentré sur sa ligne, à l’avant scène, l’interprète laisse place aux identités éphémères et multiples qui le traversent.

Danseuse et chorégraphe née à Toulouse, Maguy Marin étudie la danse classique au Conservatoire de Toulouse puis entre au ballet de Strasbourg avant de rejoindre Mudra (Bruxelles), l’école pluridisciplinaire de Maurice Béjart. En 1978, elle crée avec Daniel Ambash le Ballet-Théâtre de l’Arche qui deviendra en 1984 la Compagnie Maguy Marin. Le Centre chorégraphique national de Créteil et du Val-de-Marne voit le jour en 1985 : là se poursuivent un travail artistique assidu et une intense diffusion de par le monde. En 1987, la rencontre avec le musicien-compositeur Denis Mariotte amorce une collaboration décisive qui ouvre le champ des expériences. Une nouvelle implantation en 1998, pour un nouveau Centre Chorégraphique National à Rillieux-la-Pape. Un “nous, en temps et lieu” qui renforce notre capacité à faire surgir « ces forces diagonales résistantes à l’oubli » (H. Arendt). L’année 2011 sera celle d’une remise en chantier des modalités dans lesquelles s’effectuent la réflexion et le travail de la compagnie. Après l’intensité des années passées au CCN de Rillieux-la-Pape, s’ouvre la nécessité d’une nouvelle étape pour continuer à ouvrir l’espace immatériel d’un commun qui cherche obstinément à s’exercer. Après un passage de 3 années à Toulouse, l’idée d’une installation à ramdam, une ancienne menuiserie acquise en 1995 grâce aux droits d’auteur à Sainte-Foy-lès-Lyon a pris corps. L'installation de la compagnie dans ce lieu en 2015 enclenchera le déploiement d’un nouveau projet ambitieux en coopération avec l’actuelle équipe : ramdam, un centre d’art.

David Mambouch, acteur, auteur et metteur en scène issu de l'ENSATT, a fait partie de la troupe permanente du TNP de Villeurbanne jusqu'en 2010, où il a participé à de nombreuses mises en scène de Christian Schiaretti. Il a également joué dans Mère & fils de Joël Jouanneau, mise en scène de Michel Raskine. Il a dirigé le projet Harold Pinter Club et l’Oracle de Saint-Foix. Il a également écrit plusieurs pièces, dont Kaveh KanesTerrible et Noires Pensées, Mains Fermes qu'il a mis en scène au Théâtre Les Ateliers à Lyon. Sa pièce Premières Armes a été quant à elle mise en scène par Olivier Borle au TNP de Villeurbanne. Il écrit des scénarios et réalise de nombreux courts métrages, dont La Grande Cause, un film à épisodes co-réalisé avec Oliver Borle. Il a tourné pour le cinéma notamment aux côtés d'Agnès Jaoui dans La Maison de Nina (2004). Depuis 2012, il collabore avec la Compagnie Maguy Marin, en tant que réalisateur pour le film nocturnes autour de la pièce éponyme; mais aussi comme interprète pour les reprises de May B et Umwelt. En 2013, il crée avec Maguy Marin et Benjamin Lebreton le spectacle Singspiele. En 2015, il crée et met en scène Juan au TNP de Villeurbanne. 

Après un cursus en architecture du paysage à Paris, Benjamin Lebreton intègre l’ENSATT en scénographie. Depuis, il travaille en France et à l’étranger comme scénographe pour le spectacle vivant. En particulier, il participe aux créations du chorégraphe Mourad Merzouki depuis 2005. En 2013, il entame une collaboration avec Maguy Marin avec Singspiele. Il conçoit pour le théâtre des décors pour Phillipe Awat à Paris, Catherine Hargreaves, Thomas Poulard, David Mambouch, les transformateurs ou encore Valerie Marinèse. En Allemagne, il a récemment participé avec la compagnie Scènes à la création de Songe d'une nuit d'été (W. Shakespeare) au StaatTheater de Wiesbaden. Parallèlement, il est aussi graphiste pour des évènements culturels et des compagnies. 

Conception : Maguy Marin
Interprétation : David Mambouch
Scénographie : Benjamin Lebreton
Régie générale : Rodolphe Martin
Lumières : Alex Bénéteaud
Création sonore : David Mambouch
Son : Antoine Garry
Aide à la réalisation des costumes : Nelly Geyres 

événements associés