Maguy Marin_Umwelt

©Hervé Deroo

Maguy Marin_Umwelt

©Hervé Deroo

Maguy Marin_Umwelt

©Hervé Deroo

Maguy Marin_Umwelt

©Hervé Deroo

Maguy Marin
Cie Maguy Marin

Umwelt

France / 9 interprètes / création 2004 (nouvelle production 2013)

Présenté avec le Maillon

Comme l’envers et l’endroit d’une même médaille, Umwelt, pièce réalisée en 2004, renvoie au célèbre May B créé par la chorégraphe 23 ans plus tôt. Avec un même brio, Maguy Marin scelle cette partition rythmique dans un jeu de miroir social qui tient de la fascination.
Sous le vent et les images tremblées, des corps anonymes, des trajectoires, des rencontres. Les danseurs conjuguent, déclinent apparitions et disparitions en d’incessantes métamorphoses. La virtuosité de ces compositions échappe au regard qui n’en suit que la marche infinie. Mécanique brève et complexe des gestes qui s’érodent au son électrique des guitares abandonnées à l’avant-scène, au fil des objets, vite saisis puis jetés qui s’accumulent au sol. Profondément ancrée dans les palpitations du présent, la partition consume tous ses possibles jusqu’à l’anéantissement.
Travail de haute exactitude et d’extrême dissolution, Umwelt, donne à la vie quotidienne galopante et vide, des accents de pure beauté soudaine, des allures fantastiques, mystérieuses, surréalistes. Les corps y ont bien trop à faire pour se soucier de ce qui peut arriver encore, pour se poser, regarder, réfléchir, rêver. Maguy Marin fait de cette surconsommation un pamphlet dont la ligne minimale reste profondément ancrée dans les palpitations du présent. Sur le fil de cette marche radicale, les corps s’abstraient jusqu’à l’enchantement d’une vision sans concession.

Il y a un lieu de naissance, autre qu’une ville. Toulouse. Un emplacement atteint suite à une série de déplacements provoqués par des mouvements politiques en Espagne. Ainsi, grandir par là, en France, au tout début des années 50. Puis il y a un désir de danser qui se confirme par un enchaînement d’études - de Toulouse, à Strasbourg puis à Mudra (Bruxelles) Maurice Béjart, Alfons Goris et Fernand Schirren … dans lequel se manifestent déjà des rencontres : les étudiants acteurs du Théâtre National de Strasbourg. Une volonté qui s’affirme avec le groupe Chandra puis au Ballet du XXème siècle. Le travail de création s’amorce aux côtés de Daniel Ambash, et les concours de Nyon et de Bagnolet (1978) viennent appuyer cet élan. Faire à plusieurs
De 1980 à 1990, portée par la confiance de l’équipe de la Maison des Arts de Créteil, la recherche se poursuit avec Christiane Glik, Luna Bloomfield, Mychel Lecoq et la complicité de Montserrat Casanova. Une troupe se constitue renforcée par Cathy Polo, Françoise Leick, Ulises Alvarez, Teresa Cunha, et bien d’autres encore. 
Chercher toujours, avec une composante, une compagnie qui deviendra en 1985 le Centre chorégraphique national de Créteil et du Val-de-Marne. Une tentative de travailler à plusieurs et pouvoir en vivre, soutenue par une intense diffusion de par le monde.En 1987, la rencontre avec Denis Mariotte amorce une collaboration décisive qui ouvre le champ des expériences. Les points de vue commencent à se décaler et se prolongent de manière à approfondir un questionnement mutuel, un entretien à bâtons rompus sans cesse en mutations et contradictions hors des cadres d'un champ artistique spécifique. Après de nombreuses pièces nées de cette réflexion, ce dialogue prendra, en 2004, la forme d’un duo intitulé « Ça quand même ».Faire - défaire - refaire 
1998, une nouvelle implantation.
Un nouveau territoire pour un nouveau Centre chorégraphique national à Rillieux-la-Pape, dans le quartier de la Velette. Avec la nécessité de reprendre place dans l’espace public. Un croisement de présences qui agit dans un espace commun : Un “nous, en temps et lieu”. Ainsi chercher en ce lieu la distance nécessaire pour renforcer notre capacité à faire surgir « ces forces diagonales résistantes à l’oubli » (H. Arendt).
Le travail se poursuit dans une pluralité de territoires - du Studio, au quartier de la Velette, aux villes partenaires, jusqu’aux villes d’autres pays. Un travail où s’entremêlent des créations, des interventions multiples où l’exigence artistique ouvre des pistes qui dépassent le désir convivial immédiat d’un être ensemble.Avec l’arrivée en 2006 d’un nouveau bâtiment - pour le ccn de Rillieux-la-Pape. Un lieu à habiter et à co-habiter, un laboratoire citoyen qu’est l’art de la scène destiné aux regards de la cité pour qu’ait lieu le geste d’une poétique publique. Faire que se fabrique et s’exprime par l’adresse publique, de lieux en lieux, de villes en villes, de pays en pays, la part d’existence que l’art nous renvoie. Et par-delà ces multiples endroits, partager les moyens, les outils, les expériences et les actions. Croiser les champs artistiques, créer, soutenir des recherches, ancrer des actes artistiques dans divers espaces de vie sociale, des écoles aux théâtres, des centres d’art aux centres sociaux, des espaces publics aux habitations ouvertes, des lieux de recherches aux maisons de quartier en faisant vivre le geste artistique comme puissance poétique du faire et du refaire les mondes.L’année 2011 sera celle d’une remise en chantier des modalités dans lesquelles s’effectuent la réflexion et le travail de la compagnie. Après l’intensité des années passées au CCN de Rillieux-la-Pape, s’ouvre la nécessité d’une nouvelle étape à partir d’un ancrage dans la ville de Toulouse, dont l’accueil permettra de continuer à ouvrir l’espace immatériel d’un commun qui cherche obstinément à s’exercer.

Conception : Maguy Marin
Avec : Ulises Alvarez, Charlie Aubry, Kaïs Chouibi, Laura Frigato, Françoise Leick, Cathy Polo, Agnès Potié, Ennio Sammarco, Marcelo Sepulve
Dispositif sonore, musique : Denis Mariotte
Lumières : Alexandre Béneteaud
Costumes : Cathy Rayassistée de Chantal Cloupet et Aurora Van Dorsselaer
Son : Loïc Goubet
Régie plateau : Michel Rousseau
Nouvelle production 2013 : Assistante : Cathy Polo / Régie plateau : Albin Chavignon / Son : Antoine Garry / Costumes : Nelly Geyres
 
Coproduction : Le Théâtre de la Ville, Paris, Maison de la Danse, Lyon, Le Toboggan, Décines, Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape / Cie Maguy Marin / Nouvelle production 2013 House on Fire, avec le soutien du Programme Culture de l'Union Européenne, Théâtre Garonne - scène européenne (Toulouse), BITTeatergarasjen(Bergen-Norvège), Kaaitheater (Bruxelles Belgique), Compagnie Maguy Marin
La Compagnie Maguy Marin est subventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication, la Ville de Lyon, la Région Rhône-Alpeset reçoit l’aide de l’Institut français pour ses projets à l’étranger.