Emmanuel Eggermont
Vorspiel
@ L'Anthracite
Emmanuel Eggermont
Vorspiel
© L'Anthracite
Emmanuel Eggermont
Vorspiel
© L'Anthracite
Emmanuel Eggermont
Vorspiel
© L'Anthracite

Emmanuel Eggermont

Résidence

 
La pièce en construction
Prélude, ouverture, introduction (« Vorspiel », en allemand)...
Une pièce en trois opus avec, à chaque fois, deux interprètes et un-e invité-e sonore ou musical-e.
Trois études, pour de mêmes intentions : « s’interroger sur ce qui précède, ce qui est en devenir, sur la construction et la déconstruction ».
"Vorspiel"  s’entend comme un temps d’expérimentations, de rencontres et d’échanges. Un espace de recherche aussi ; ou plus précisément, une recherche sur l’espace. Plus que sur des atmosphères, Emmanuel Eggermont travaille en effet ici sur des architectures (du lieu, de la dramaturgie, des corps).
À travers cette série de « presque objets chorégraphiques  », "Vorspiel" cherche à offrir la possibilité de moments privilégiés, d’espaces-temps de spiritualité, de recueillement.
« Il ne s’agit pas de comprendre, il s’agit de sentir. Ce n’est pas la même chose.  (… ) Ce titre de metteur en scène est quelque chose, encore du théâtre, qui abime tout, qui gâche tout... Il n’y a pas de mise en scène : il y a quelqu’un qui sent les choses et qui les reproduit tel qu’il les sent pour les faire ressentir à d’autres personnes. C’est tout…  » Robert Bresson, Cannes 1983.
 
Note d'intention
En musique, un prélude (« Vorspiel », en allemand) est une forme musicale de structure libre placée au début d'une oeuvre.
À l'origine, le prélude est une série d’improvisations développées par un artiste qui se prépare à jouer, et qui lui permet de vérifier l'accord de son instrument.
Ce caractère improvisé est souligné par le fait qu'il est souvent « non mesuré ». L'interprète dispose donc d'une grande liberté d'exécution qui lui permet de mettre en valeur sa virtuosité ou sa sensibilité. Plus tard, le prélude pourra devenir un morceau autonome, comme chez Frédéric Chopin.
Pour ce projet chorégraphique, "Vorspiel" s’entend donc comme un temps d’expérimentation, un espace de liberté, de rencontre et d’échange. Une étude sur la notion d’introduction, de commencement. Un questionnement sur l’origine, la naissance et sur les prémices de la création : le prélude en musique, l’esquisse en arts plastiques, les plans/maquettes en architecture…  Car "Vorspiel" s’entend également comme un espace de recherche ou, plus précisément, comme une recherche sur l’espace.
Ce projet est prévu pour s’inscrire dans des espaces qui ne soient pas forcément des salles de spectacle traditionnelles avec un rapport frontal entre la scène et la salle, mais qui puissent être aussi différents qu’un grand hall, une cour extérieure, un hangar, une place...
Des espaces que les spectateurs sont invités à investir et à définir (en étant notamment répartis sur plusieurs zones d’assises ou en participant à l'action scénique), et pouvoir ainsi choisir entre plusieurs perspectives de participation et de points de vue.
Public et lieu de représentation font dès lors partie intégrante de la scénographie. L’architecte Germain Pluvinage et la plasticienne Elise Vandewalle participent à cette réflexion, explorant les fondements d'une construction/pensée scénographique.
 
« En pensant à ce projet, j’aime évoquer l’idée d’une « chapelle ardente », espace tout autant d’un moment de recueillement que l’occasion de rassembler des gens et de se questionner sur l’éventualité d’un nouveau départ.
Paradoxalement, comme dans certains rites païens ou religieux, ces trois opus s’inspirent de sciences dites exactes : mathématiques, cinétique, géométrie… Tout comme l’influence que leur étude exerce sur l’architecture des lieux de culte, elles nourrissent ma réflexion sur l’espace scénique. Elles m’amènent également à établir une structure, à l’image de celle du prélude, dans laquelle les « matières » dansées et sonores peuvent évoluer librement, et à rechercher un équilibre subtil entre le chaos et le cosmos (l’harmonie des cieux).
La musique est aussi étroitement liée à certaines propriétés mathématiques. En même temps, la rigueur et la cohérence de certaines compositions tendent à les rapprocher d’une sensation de plénitude, de l’ordre du divin… ». Emmanuel Eggermont
RESIDENCE
 05 > 10.09 2014
 

événements associés