De Marfim e Carne as Estatuas Tambem Sofrem_Marlene Monteiro Freitas
©Pierre Planchenault

De Marfim e Carne as Estatuas Tambem Sofrem_Marlene Monteiro Freitas

©Pierre Planchenault

De Marfim e Carne as Estatuas Tambem Sofrem_Marlene Monteiro Freitas

©Pierre Planchenault

De Marfim e Carne as Estatuas Tambem Sofrem_Marlene Monteiro Freitas

©Pierre Planchenault

De Marfim e Carne as Estatuas Tambem Sofrem_Marlene Monteiro Freitas

©Pierre Planchenault

De Marfim e Carne as Estatuas Tambem Sofrem_Marlene Monteiro Freitas

©Pierre Planchenault

De Marfim e Carne as Estatuas Tambem Sofrem_Marlene Monteiro Freitas

©Pierre Planchenault

De Marfim e Carne as Estatuas Tambem Sofrem_Marlene Monteiro Freitas

©Pierre Planchenault

De Marfim e Carne as Estatuas Tambem Sofrem_Marlene Monteiro Freitas

©Pierre Planchenault

De Marfim e Carne as Estatuas Tambem Sofrem_Marlene Monteiro Freitas

©Pierre Planchenault

Marlene Monteiro Freitas

de marfim e carne - as estátuas também sofrem

4 danseurs + 3 musiciens / Cap-Vert - Portugal

L'accueil de ce spectacle est soutenu par l'ONDA

« Les statues souffrent aussi, », précise le titre élargi donné par Marlene Monteiro Freitas, à l’une de ses récentes pièces, De marfim e carne ; comprendre : « d’ivoire et de chair ». Etranges étrangers que les corps chez cette chorégraphe remarquée de la scène portugaise. Et ce spectacle d’en faire l’éloge avec ses interprètes, véritables statues vivantes et dansantes, évoluant comme dans un bal grotesque au rythme de l’impur et du bizarre.
Performeuse, elle était déjà dans (M)imosa, pièce créée avec Trajal Harell, François Chaignaud et Cecilia Bengolea. A Lisbonne, membre du collectif Bomba Suicida jusqu’en 2014, elle a réalisé plusieurs œuvres dont le solo Guintche aux métamorphoses confondantes, et Paradis - collection privée inspiré des toiles de Bosch et Bacon.
Marquée par les figures grotesques des carnavals de son enfance à Mindelo, au Cap-Vert, la chorégraphe semble faire du corps un instrument privilégié de subversion artistique. De marfim e carne n’échappe pas à la règle, avec ses énigmatiques corps-statues. Ici, danse, archaïsmes et animalité se fondent aux effets spéciaux des plus récentes techniques numériques. Il en surgit d’ironiques et mémorables rituels. Et l’artiste aux multiples visages d’oser alors d’improbables mouvements, rythmés, intenses et frondeurs.
Choréographie : Marlene Monteiro Freitas
Interpretation : Marlene Monteiro Freitas, Andreas Merk, Betty Tchomanga, Lander Patrick, Cookie (percussion), Tomás Moital (percussion), Miguel Filipe (percussion)
Lumière et espace : Yannick Fouassier
Musique live : Cookie (percussion)
Édition et son : Tiago Cerqueira
Recherche : João Francisco Figueira, Marlene Monteiro Freitas
 
Production : P.OR.K (Lisbon, PT)
Distribution : Key Performance (Stockholm, SE)
Coproduction : O Espaço do Tempo, Montemor-o-Novo (PT), Alkantara Festival, Lisbon (PT), Maria Matos Teatro Municipal, Lisbon (PT), Bomba Suicida, Lisbon (with the support of DGArtes, PT), CCN Rillieux-la-pape, direction Yuval Pick, Rilleux-la-pape (FR), Musée de la danse, Rennes (FR), Centre Pompidou, Paris (FR), Festival Montpellier Danse 2014, Montpellier (FR), ARCADI, Paris (FR), le CDC - centre de développement chorégraphique de Toulouse/Midi-Pyrénées, Toulouse (FR), Théâtre National de Bordeaux en Aquitaine, Bordeaux (FR), Kunstenfestivaldesarts, Bruxelas (BE), WP Zimmer, Antwerp (NL), NXTSTP (with the support of the EU Culture Programme). 
Avec le soutien de ACCCA - Companhia Clara Andermatt. 
Remerciements Staresgrime (PT), Dr. Ephraim Nold 

événements associés