Etienne Rochefort & Jérôme Douablin
Cie 1 des Si

RÉSIDENCE
08.12.14 → 13.12.14

Etienne Rochefort est né en 1979 à Besançon. Il traverse différentes disciplines physiques et artistiques avant de se concentrer sur la danse et la chorégraphie. Adolescent il pratique intensément le skateboard ainsi que les arts du cirque qui laisseront leurs empreintes. En parallèle il suit une formation graphique et s’intéresse au dessin, qui reste aujourd’hui un des outils qu’il utilise dans ses procédés de composition. Issu d’une génération télé, Etienne se passionne pour les dessins animés, les mangas et aujourd’hui pour le cinéma de manière générale et l’art d’orienter le regard à travers un objectif, de créer un univers, une ambiance.
 
Jérôme Douablin est un autodidacte. Né dans les années 80, il a grandi dans un feu d’artifice d’influences - Mangas, BD, Ciné, Hard-rock, Arts martiaux – mais aussi Pink Floyd, Rimbaud et Goldman... Joueur, auteur, compositeur il rencontre Etienne Rochefort aux STAPS et se met à la danse tout en continuant plus récemment des études universitaires en "lettres et arts". Inspiré par le travail de certains chorégraphes tels que Philippe Decouflé, Alwin Nikolais, Jan Fabre ou  Maguy Marin, il cherche avec son complice, à définir une esthétique qui leur soit propre.
 
La pièce en construction
2#DAMON
Un danseur et son clone mis en scène dans un univers hallucinatoire. 2#DAMON est une création générationnelle dans laquelle danse et lumière deviennent matières indissociables. Elles fusionnent dans une atmosphère cinématographique, parfois proche du dessin animé et plus particulièrement du manga. Alors les corps ne sont plus humains, la gestuelle est robotique, la plastique du mouvement, irréelle. L’hallucination s’installe.Ce projet, chorégraphié et interprété par Étienne Rochefort et Jérôme Douablin, met en scène un danseur et son clone, son double. Un personnage qui pourrait évoquer la solitude, l’introspection et les démons qui lui sont liés. Peut-être un reflet des questionnements d’une génération. Avec cette quatrième création, la Compagnie bisontine 1 des Si, affirme davantage son identité artistique, cherche avant tout à défendre une démarche esthétique. Un spectacle qui traite du sensible, à la manière d’une oeuvre plastique, à la recherche d’émotions et de sensations.
 
Travaux publics : vendredi 12 décembre à 19h à Pôle Sud