Cie MIRA - Araminta

Cie MIRA - Idiomas

Cie MIRA - Araminta

Cie MIRA

RÉSIDENCE
17.11.14 → 29.11.14

Sébastien Vela Lopez rencontre et commence la danse en 1989 à Strasbourg. En 1995, il fonde la Cie Magic Electro avec d’autres danseurs de la région. En 2002, il crée ses premières chorégraphies dans ce groupe tout en enrichissant son parcours professionnel par des expériences dans d’autres formations : de 1996 à 2014 avec Kader Attou - Cie Accrorap - CCN de la Rochelle, en 1999 avec Farid Berki et en 2003 avec le Ballet du Rhin pour Le Prince Igor. A partir de 2004, il se frotte au théâtre avec le chorégraphe Hamid Ben Mahi de la Cie Hors-Série. En 2007, avec Yvonnette Hoareau, il crée sa propre Compagnie, Mira, pour laquelle il a déjà écrit plusieurs pièces.
 
Yvonnette Hoareau commence la danse dans les années 1990 avant de rencontrer certains pionniers de la danse comme Gabin Nuissier et Storm.En 1996, elle participe à la création Echafaudages avec la Cie Accrorap, puis Farid Berki en 1998 avant de rejoindre la Compagnie Magic Electro jusqu’en 2003. En 2007, elle crée avec Sébastien Vela Lopez la Cie Mira tout en continuant son travail de chorégraphe auprès de la Cie Mémoires Vives en 2012 et 2013.
 
 
Vaishali Trivedi est danseuse de kathak, chanteuse, chorégraphe et également professeur. Elle a étudié le kathak, danse classique du nord de l’Inde avec Smt. Kumudini lakhia, la première à donner des codes contemporains à la danse kathak et une des chorégraphes indiennes les plus connues.Elle a travaillé dès son plus jeune âge avec le grand joueur de cithare Pt. Ravi Shankar ainsi qu’avec le doyen de la danse kathak.En parallèle à ses activités de danseuse et chorégraphe, Vaishali Trivedi travaille et enseigne toujours au centre de danse et de musique Kadamb à Ahmedabad. Elle est reconnue comme une des meilleures artistes par la télévision nationale indienne et par le Conseil indien pour les relations culturelles à New Delhi.
 
Les pièces en construction
IDIOMAS - duo
L’une parle indien et anglais, l’un parle français et espagnol. L’un danse hip hop, l’une danse kathak. Les différences sont nombreuses : le sexe, la religion, les origines, la géographie, la culture, les traditions…
Depuis des années déjà, Vaishali Trivedi et Sébastien Vela Lopez communiquent dans les pièces d’autres chorégraphes grâce à leur danse, portés par leur corps. Aujourd’hui, leur envie est profonde de se retrouver sur un plateau et de pouvoir s’exprimer pleinement et à leur manière grâce à ce premier outil de communication. La danse devient alors parole et langage, elle brise les barrières posées par les différences profondes.
 
ARAMINTA - solo
En dressant le portrait de femmes, connues comme anonymes, qui l’ont bousculée et la bousculent encore car elle ne baissent jamais les bras, Yvonette Hoareau cherche à extérioriser par sa danse des sentiments très personnels et très enfouis. Ici, le sujet est très probablement de s’autoriser à parler de soi, en cherchant des parallèles avec ces parcours de femmes qui l’ont inspiré et nourrit, et de le faire par la danse, cette danse découverte et travaillée pendant de longues années durant lesquelles Yvonnette Hoareau a du s’imposer dans cet univers très masculin, qui est celui de la danse hip hop.
 
Travaux publics : vendredi 28 novembre à 19h à Pôle Sud
Présentation des 2 créations : le 30 mars à 14h30 et le 31 mars à 10h et 20h30 - Pôle Sud