François Verret - Rhapsodie démente

© Paul Poncet
François Verret - Rhapsodie démente
© Paul Poncet

François Verret - Rhapsodie démente

© Paul Poncet

François Verret

RÉSIDENCE
29.09.14 → 04.10.14
10.02.15  13.02.15
25.02.15  06.03.15
09.04.15  13.04.15

« Chantier 2014/2018 » c’est d’abord une équipe d’artistes au travail depuis 2 ans à Pôle Sud et en chemin jusqu’en 2018. Un projet passionnant composé de spectacles (Chantiers en 2013, Atlas en 2014, Rhapsodie Démente en 2015), d’ateliers, de rencontres, de témoignages et de formations auprès de personnes très âgées d’une maison de retraite de Strasbourg et de collégiens du quartier de la Meinau. Même si le projet et porté par le chorégraphe François Verret, il s’est entouré d’une équipe de professionnels dont Jean-Pierre Drouet, musicien et Charline Grand, comédienne et danseuse mais aussi d’artistes et formateurs strasbourgeois dont Pierre Diependaële, comédien, Pierre Boileau, danseur et performeur, Christiane Lecklerc, formatrice en danse et Jean Moissonnier, enseignant musicien.
 
L’un des objectif de cette résidence sera la constitution par différents groupes d’élèves âgés de 14 à 18 ans d’un "Atlas d’images du XXème siècle", ce siècle dont on a dit qu’il était "l’âge des extrêmes". Quelle(s) image(s) ont-ils de ce siècle ? Comment éveiller chez ces jeunes gens le désir d’explorer, d’interroger le passé ? Interroger les parents, grands parents, frères, soeurs, famille … pour suggérer une petite archéologie de ce siècle. Qu’ont-il appris de leurs familles via leur langue d’origine, leur pays, sur ce qui s’est passé avant ? Leur a-t-il été transmis quelque chose de "marquant" dont ils pourraient-voudraient témoigner ?
C’est à travers ce processus de recherche que l’équipe d’artistes réunies autour de François Verret tâchera de révéler, avec ces jeunes collégiens, les enjeux du travail de mémoire, et de cette bataille perpétuelle que mène l’humain, entre ombres et lumières.
En parallèle, à la manière d’un observateur, François Verret accompagnera le travail en maison de retraite de Christiane Lecklerc, ancienne infirmière de 80 ans, cofondatrice de l’association Danse ma joie, qui a développé tout un protocole de mise en mouvement de ces pensionnaires. Avec Pierre Boileau et sous le regard de François Verret et de Charline Grand, Christiane Lecklerc invente une danse de l’instant, minuscule et formidable qui passera par l’œil d’une caméra en vue d’un documentaire.
 
Plusieurs périodes de présences sont prévues avec la compagnie, ces périodes sont de durées et de contenus variables. Les ateliers avec les jeunes comme les interventions en maison de retraite se dérouleront régulièrement toute l’année.
Des temps de recherche et de création sont aussi organisés toute l’année et ponctués de « Travaux Publics » et/ou de restitutions scéniques. Ces temps de résidences et de créations sont organisés avec Les Migrateurs - Pôle National des Arts du Cirque. Les périodes de travail sont prévuse à Pôle Sud et au Théâtre de Hautepierre.
 
 
La pièce en construction
Ce qui s’offre aux spectateurs, c’est un temps de regard sur "l’atelier de l’histoire", lieu de fabrique où se construit, se déconstruit, se reconstruit l’espace d’une mémoire collective, inévitablement précaire, parfois défaillante ou délirante. Nourris du travail de terrains, fragments de réel partagé avec les habitants au cours des « Chantiers 2014-2018» , Rhapsodie Démente est animée d’un flux de visions et de mémoires, celles du crépuscule de nos jours. Tous les arts du spectacle y sont convoqués, autour des questions du vivre ensemble. Souvenirs enfouis, dialogues avec les mots, les corps et la musique se combinent.
 
 
Restitutions publiques :
Voix OffVendredi 6 mars au Théâtre de Hautepierre présenté par Les Migrateurs - Pôle National des Arts du Cirque
Présentation de la création: mercredi 21, jeudi 22 et vendredi 23 janvier au Théâtre de Hautepierre en coréalisation avec Les Migrateurs - Pôle National des Arts du Cirque.