Joëlle Léandre & Vincent Courtois
+
Papanosh & Roy Nathanson & Fidel Fourneyron

France/Etats-Unis - Dans le cadre du festival Jazzdor
JOËLLE LÉANDRE / VINCENT COURTOIS 
Joëlle Léandre, contrebasse / Vincent Courtois, violoncelle
 
Le soir ou l’on a entendu pour la première fois ce duo, l’émotion était palpable dans les coulisses. Ce qu’il venait de se passer arrive de temps à autre. Pas si souvent. C’est ce qui fait le sel de ces face-à-faces improvisés. Faire partager ces moments d’exception, ce genre d’émotions, c’est en partie ce qui nous fait nous lever tous les matins. Avouons le, avec certains musiciens, cela arrive plus souvent qu’avec d’autres. Prenez Joëlle Léandre et Vincent Courtois. Ca ne triche pas. Ça se jette dans la bataille comme des morts de faim. Avec une telle maîtrise de l’instrument. L’une se fait rugueuse, généreuse, harangueuse, dynamiteuse. L’autre est plus en retenu, lyrique, poétique, mélodique. Ca se regarde à peine mais échange tout le temps, croise, ponctue, relance. Joue une musique qui décolle en spirale, dépoussière des recoins qu’on croyait inaccessibles, atteint des sommets intouchables pour beaucoup, là ou se nichent blues fantômes, là ou le chant dépasse celui ou celle qui le chante. Alors ça vous prend et vous comprenez que cette musique est définitivement à part.
 
+
 
PAPANOSH & ROY NATHANSON & FIDEL FOURNEYRON “OH YEAH“ 
Quentin Ghomari, trompette / Raphaël Quenehen, saxophone / Sébastien Palis, piano, accordéon / Thibault Cellier, contrebasse / Jérémie Piazza, batterie / Fidel Fourneyron, trombone / Roy Nathanson, saxophone soprano, voix
 
Souffle de rage, de joie, d’humour, de douce folie. Urgence de la scène, plaisir collectif, conception d’une musique qui n’oublie ni la fête, ni le corps. Ca ne vous rappelle rien ? Une grande gueule du jazz, un militant avant-gardiste aux racines encrées dans la tradition afro-américaine, du blues des origines aux œuvres de Duke Ellington ? Charles Mingus, of course ! Le jeune quintet Papanosh s’inscrit dans cette même lignée, a tout retenu de son sens des grooves, de ses blues acérés, de ses incroyables mélodies, de sa parole vigoureuse. Roy Nathanson les rejoint dans l’aventure. Personnage haut en couleur du New York “downtown“, celui ou l’on croise John Lurie, John Zorn ou Marc Ribot, le saxophoniste et poète sous influence Beat Generation amène sa présence à la Groucho Marx, son spoken word surréaliste, son saxophone alto déchiré. Et la joyeuse troupe, augmentée du tromboniste Fidel Fourneyron, retourne pour notre plus grand plaisir des chansons traditionnelles mexicaines, envoie des hymnes ivres mâtinés de blues et gorgés à l’orgue de gospel.  Oh Yeah ! 

Saison 14/15

Musique
JAZZDOR
03 88 36 30 48
25 Rue des Frères, Strasbourg
Musique
JAZZDOR
03 88 36 30 48
25 Rue des Frères, Strasbourg