Radhouane El Meddeb - Au temps où les arabes dansaient... - Extrait vidéo

Radhouane El Meddeb - Au temps où les arabes dansaient... 

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb - Au temps où les arabes dansaient...

© Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb - Au temps où les arabes dansaient...

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb - Au temps où les arabes dansaient...

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb - Au temps où les arabes dansaient...

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb - Au temps où les arabes dansaient...

© Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb - Au temps où les arabes dansaient...

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb - Au temps où les arabes dansaient...

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb - Au temps où les arabes dansaient...

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb - Au temps où les arabes dansaient...

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb - Au temps où les arabes dansaient...

©Agathe Poupeney

Radhouane El Meddeb 

Au temps où les arabes dansaient...

France/Tunisie - 4 interprètes - Présenté avec le Maillon
Mêlant courage et sensualité, la démarche de Radhouane El Meddeb est portée par le désir : « une envie de danser entre démesure et ravissement ». Cette pièce – chorégraphiée pour des interprètes masculins transgressant les conventions de la danse orientale – multiplie ses motifs de réflexion et trouble les sens.
Parfois pures silhouettes au lointain ou s’avançant en ligne en bord de scène, les quatre danseurs de Au temps ou  les Arabes dansaient..., porteurs de féminité dans leur mouvement, s’exposent au tabou. En fond de scène d’autres présences, des icônes, des voix, féminines. Un climat nostalgique sous le voile du cinéma égyptien des années 50, l’âge d’or de la liberté de création dans les pays arabes. Le temps a passé et le chorégraphe tunisien Radhouane El Meddeb, porteur d’un autre langage, pose un regard différent tant sur la tradition que sur le monde contemporain, tant du point de vue oriental qu’occidental. Il étend son geste, troublant l’espace par la radicalité de sa vision. Il met en marche un autre corps. « Les hommes arabes ont toujours caché leur propre féminité. Et aujourd’hui, il semble que tout le monde ait peur de bouger, de s’exprimer. D’où mon envie de mettre en avant ce bassin qui vibre ! » Cette danse tant célébrée et méprisée dans le même temps. Ondulations et fascinantes pulsations font ici le pari de la libération, en premier lieu, celle des corps._IF 
Conception, chorégraphie : Radhouane El Meddeb
Collaborateur artistique : Moustapha Ziane
Interprètes : Youness Aboulakoul, Rémi Leblanc-Messager, Philippe Lebhar, Arthur Perole
Scénographie : Annie Tolleter
Lumières : Xavier Lazarini
Sonographie : Stéphane Gombert
Vidéo : Cécile Perraut en collaboration avec Feriel Ben Mahmoud
Régie générale : Bruno Moinard
 
Production : La compagnie de SOI
Coproduction : CENTQUATRE-PARIS / le Centre Chorégraphique National de Montpellier Languedoc-Roussillon Programme Résidences / Centre de Développement Chorégraphique Toulouse - Midi-Pyrénées Accueil en résidence / La Filature Scène nationale de Mulhouse / la Ferme du Buisson Scène nationale de Marne la Vallée / Le WIP Villette.
Avec l’aide à la production d’Arcadi Île-de-France et le soutien à la création de la DRAC Île-de-France, la Fondation Beaumarchais et le Centre National du Théâtre.
Radhouane El Meddeb est artiste associé du CENTQUATRE-PARIS.
La compagnie de SOI est subventionnée par la DRAC Île-de-France / ministère de la Culture et de la Communication au titre de l’Aide aux Compagnies chorégraphique.

 

Saison 14/15

Danse