Thomas Lebrun_Trois décennies d'amour cerné

© Frédéric Iovino

Thomas Lebrun

Trois décennies d'amour cerné

France / 3 solos et 1 duo
Quel rôle le sida a-t-il joué dans notre relation aux autres ? La gravité du sujet est ici portée par les corps. Puisant au cœur de  l’intime, ciselant les sentiments, les affections, Thomas Lebrun entreprend la fresque charnelle de l’histoire d’une génération et de son évolution dans le temps. Reprises, motifs, points de fuite font partie de cette composition délicate.
 
Trois solos et un duo composent la partition chorégraphique de Thomas Lebrun. Une question entêtante la consume. Quel rôle le sida a-t-il joué dans la façon de vivre l’amour et la sexualité de toute une génération qui se trouve être la sienne ? Risques, doutes, peur et solitude traversent les gestes, lient et délient les corps. Cette traversée du temps et des sentiments interroge la dimension du plaisir et la jouissance. En faisant parler les corps, le chorégraphe dissèque sans concession ni jugement les comportements face aux dangers de l’amour physique. Chaque mouvement de cette pièce en quatre sections témoigne des transformations opérées par la crainte du virus sur les façons d’aimer, de se rencontrer. Le premier solo donne le ton. Il ouvre ce bal des désenchantés sur une bande son d’archives enregistrées à San Francisco en mai 1979 lors du meurtre d’Harvey Milk. Sur la scène zébrée de néons blancs, un homme bardé de cuir, s’apprête à faire la nique à la mort. Archétypes et passions, distance et abandon, cette pièce choc, puissante et retenue touche par la justesse du regard et la poignante humanité bouleversée qu’elle révèle._IF
 
 
Chorégraphie Thomas Lebrun
Interprétation Anthony Cazaux, Raphaël Cottin, Anne-Emmanuelle Deroo, Anne-Sophie Lancelin, Thomas Lebrun
Musiques Anne Clarck, Smith and Burrows, Seb Martel, Dez Mona, Patti Smith, Anthony and the Johnsons
Bande-son d’archives Lynn and Louis Wolfson / Florida Moving lmage Archives, KTVU, KRON, Weissman Projects LLC, NBC, John Boguta
Montage bande-son Yohann Têté
Création lumière Jean-Marc Serre
Création son Mélodie Souquet
Chercheuse & traductrice Lucille Toth
 
Production Centre chorégraphique national de Tours / direction Thomas Lebrun 
Coproduction Le Vivat, scène conventionnée d’Armentières.
Le Centre chorégraphique national de Tours est subventionné par le Ministère de la Culture et de la Communication – DGCA - DRAC Centre, la Ville de Tours, le Conseil Régional du Centre, le Conseil Général d’Indre-et-Loire.
L’Institut français contribue régulièrement aux tournées internationales du Centre chorégraphique national de Tours.
Danse