Bojan Z - Soul Shelter : Mini concert et interview à la Fnac des Ternes

Nils Wogram et Bojan Z
©Mathieu Schoenahl
Nils Wogram

Nils Wogram et Bojan Z

©Mathieu Schoenahl

Nils Wogram et Bojan Z

©Mathieu Schoenahl

Bojan Z

©Fred Thomas

Bojan Z

©Fred Thomas
©Dean Bennici
©Dean Bennici

Michael Wollny

©Anna Meuer

Nils Wogram & Bojan Z 
+ Vincent Peirani
Thrill Box 

Allemagne - France, Duo / France - Allemagne, Trio

Nils Wogram / Bojan Z
Nils Wogram, trombone
Bojan Z, piano
Ils se sont rencontrés à Berlin en juin 2012. Et quelle rencontre ! Osmose immédiate entre le pianiste et ce jeune tromboniste qui, s’il est encore peu connu en France, se voit largement célébré outre-Rhin. Sur une composition de l’un, sur un arrangement de l’autre, ils glissent de-ci de-là quelques thèmes ellingtoniens, s’engagent dans un dialogue qui privilégie l’écoute mutuelle, le travail sur le son. En quelques jeux percussifs, en tournures mélodiques, ils atteignent vite les sommets du genre et font faire un sacré bond en avant à la formule rare du duo piano/trombone.
On retrouve bien sûr tout ce qui fait la singularité de Bojan Z : les mélodies balkaniques qui prennent aux tripes, le blues qui affleure. Nils Wogram lui emboîte le pas avec un naturel confondant, à l’écoute, sûr de sa force, technicien hors pair. Un duo qui ne manque pas d’humour et qui saura nous emmener aussi bien sur les rives du Danube que dans les rues de la Nouvelle-Orléans.
 

Vincent Peirani / Thrill Box
Vincent Peirani, accordéon
Michael Wollny, piano
Michel Benita, contrebasse
Le plus grand chanteur actuel ? Vincent Peirani n’est pas le dernier ersatz du jazz vocal. Non, son truc à lui, c’est l’accordéon. Là, c'est sûr, certains d'entre vous font la moue ! Pourtant, vous auriez tort de passer à côté de ce phénomène qui, bien plus que de simplement s’affirmer comme le nouveau géant de l’instrument, se dresse, gigantesque, comme l’un des musiciens majeurs de sa génération, toutes catégories confondues. Il faut le voir, l’entendre au moins une fois (parions que ça ne sera pas la dernière) se coltiner ces vieilles scies du répertoire américain (Goodnight Irene, Shenandoah), se jeter avec tendresse dans une chanson d’Abbey Lincoln ou sérieusement bousculer l’immortel Thelonious Monk dans un “I Mean You” d’anthologie ! Et puis il n’est pas seul. Michael Wollny à ses côtés, rien de moins que LE pianiste allemand actuel. Et Michel Benita, contrebasse profonde et rassurante comme un soir d’été dans le Montana. Non, décidément, ne passez pas à côté de celui qui révolutionne en profondeur cet instrument, l’accordéon, dont on pensait pourtant avoir déjà tout entendu.
Musique

Présenté par Pôle Sud et Jazzdor

Musique