ACCUEILS STUDIO

Depuis longtemps pratiquées à POLE-SUD, les résidences d’artistes, dénommées accueils studio, sont l’occasion d’accueillir chaque saison plus d’une dizaine d’équipes durant une à deux semaines. En proposant des espaces de travail en studio pour la recherche et la création, du temps et des moyens aux compagnies, ces accueils studio contribuent au développement de l’art et de la culture chorégraphique tout en stimulant les lieux qui les accompagnent dans leur réflexion et leurs actions. Certaines de ces résidences sont ponctuées par des rendez-vous ouverts à tous : les Travaux Publics. Si la présence des artistes sur le territoire favorise la rencontre entre le spectacle vivant et les publics, elle permet aussi de développer de nombreuses actions artistiques et pédagogiques notamment auprès d’élèves et étudiants de tous âges. 
 

ARTISTE ASSOCIÉ : Amala Dianor

Les centres de développement chorégraphique nationaux (CDCN) associent à leur propre projet, la collaboration d’un artiste. Durant une période déterminée, deux à trois ans, celui-ci bénéficie d’un soutien renforcé pour créer, diffuser son répertoire, développer des projets sur un territoire. Depuis la saison dernière, POLE-SUD a le plaisir d’accueillir à ce titre le chorégraphe Amala Dianor.
D’origine sénégalaise, arrivé en France à l’âge de sept ans, le chorégraphe est de bonne heure entrée dans la danse, sa passion première : le hip-hop. Son esprit, son langage ont été pour lui un refuge et un espace de liberté. Dès l’adolescence, dans la ville où il demeure, Angers, Amala Dianor s’y adonne en toutes occasions : concerts, battles, concours. Aujourd’hui, aux abords de la quarantaine, avec un parcours d’interprète remarquable, tant du côté du hip-hop que de la danse contemporaine, il développe sa démarche à partir de sa propre compagnie fondée en 2012. Essentiellement basé sur les énergies, son travail porte sur un axe double aux concepts inversés : décoder, comme cela se pratique dans les écritures contemporaines, la danse hip-hop, son vocabulaire, ses usages, codes et représentations, et en revanche insuffler au langage contemporain, l’incroyable énergie des danses urbaines. Outre deux de ses plus récentes créations De(s)générations et Quelque part au milieu de l’infini présentées au public strasbourgeois l’an dernier, de nombreuses activités et plusieurs projets sur le quartier de la Meinau à Strasbourg ont été imaginés et seront développés par Amala Dianor. Ils ont commencé à prendre forme dès la saison dernière avec des workshops, les interventions dansées imprévues et in situ, des rencontres publiques et le battle TSC. D’autres actions sont prévues tout au long de cette saison : projet participatif, Travaux Publics...